Travailler sur la Lune, un rêve accessible – .

Travailler sur la Lune, un rêve accessible – .
Travailler sur la Lune, un rêve accessible – .
--

Une nouvelle ère commence, la Lune et Mars seront des lieux propices à la vie humaine le 21moi siècle.

Survivre, vivre, habiter, les 3 objectifs de la mission Artemis, qui marquera le retour de l’Homme sur la Lune en 2025, sont clairs : il s’agit d’assurer une présence humaine permanente sur notre astre naturel. Initiée par la NASA, cette mission rouvre la porte de l’espace. Une nouvelle ère commence, la Lune et Mars sont des lieux où nous resterons.

Pas moins de 150 missions d’exploration lunaire sont prévues pour 2030. Le développement de l’économie entre la Terre et la Lune, qui annonce l’aube d’une humanité multiplanétaire, est favorisé par la chute exponentielle du coût d’accès à l’espace, rendue possible en notamment par la réutilisation de fusées et d’engins spatiaux. La baisse du coût d’envoi dans l’espace de satellites toujours plus petits et moins énergivores se poursuit : Plus de 33 000 satellites devraient être lancés dans les 10 prochaines années. Les missions transportant des astronautes, des fournitures et des infrastructures devraient être le moteur de croissance le plus puissant de l’économie spatiale, générant 216 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, selon un récent rapport de Northern Sky Research. Un rapport qui met en lumière l’ampleur de la croissance de l’industrie spatiale, dont le marché devrait atteindre 633 milliards de dollars d’ici 2030.

Les acteurs établis et émergents recherchent de plus en plus de nouvelles opportunités de revenus provenant du développement lunaire et des missions d’exploration interplanétaires. Dans le sillage de la station orbitale Lunar Gateway, tremplin pour de futurs vols habités plus lointains auxquels contribuent la NASA, l’Agence spatiale européenne et des entreprises privées, la conception de stations spatiales privées a commencé. Certaines applications peuvent déjà représenter des opportunités de croissance. C’est le cas du canadien MDA, qui fournit des outils robotiques et électroniques pour les missions spatiales.

préparatifs en cours

La première étape consiste à organiser les séjours sur la Lune, puis sur Mars, les ressources en eau, énergie ou nourriture, qui doivent être transportées, avant de pouvoir être produites et recyclées sur place. Pour cette vie en 100% autonomie, les technologies de recyclage de l’eau et du plastique, développées à bord de l’ISS, seront précieuses. Les préparatifs s’accélèrent. La start-up française Spartan Space, par exemple, conçoit des habitats lunaires gonflables, équipés de technologies pour stocker l’oxygène et l’énergie, recycler les eaux grises, etc. La culture de plantes dans des conditions spatiales progresse. Pour la première fois, des chercheurs de l’Université de Floride ont réussi à faire pousser des plantes sur des échantillons de sol lunaire récupérés en 1969 lors de la mission Apollo 11 et des missions suivantes.

--

De plus en plus de gens iront travailler et produire dans l’espace. Avec le Starship de SpaceX, qui vise à atteindre Mars depuis la Lune, il y en aura certainement des milliers. Anticipant le besoin de formation privée, Orbite, une start-up créée par Nicolas Gaume et Jason Andrew, fondateur de Blacksky, proposera des formations spatiales au plus haut niveau dès 2024.

De nombreuses opportunités… made in Lune

L’absence de gravité permet de créer des produits à très haute valeur ajoutée pour la Terre également, dans les secteurs de l’agriculture, de la biologie, de la chimie ou encore des nouveaux matériaux. Space Cargo Unlimited cherche à tirer parti de la microgravité et à cultiver des vignes plus résistantes aux stress climatiques. De retour sur Terre, les tournages, qui ont rejoint l’ISS en 2019 pour y être exposés à la microgravité, tiennent toutes leurs promesses. Les recherches se poursuivent avec l’Université allemande d’Erlangen.

Nous sommes convaincus que l’aventure spatiale apportera des solutions concrètes et des clés célestes aux grands défis auxquels la Terre est confrontée.

Clause de non-responsabilité: Ces informations et ce document commercial ne constituent pas un conseil en investissement, une proposition d’investissement ou une quelconque incitation à opérer sur les marchés financiers. Ils sont fournis à partir des meilleures sources en notre possession.
Le FCP est principalement exposé au risque de perte en capital, au risque actions, au risque de change, au risque lié à l’investissement dans les pays émergents et au risque de gestion discrétionnaire. Pour plus d’informations sur ses caractéristiques, ses risques et ses coûts, nous vous invitons à consulter les documents réglementaires (brochure et DICI) disponibles sur www.lfde.com. L’attention des investisseurs est attirée sur le fait que la société de gestion peut décider de résilier les accords de commercialisation de ses OPCVM conformément à l’article 93 bis de la directive 2009/65/CE et à l’article 32 bis de la directive 2011/61/UE. Les valeurs citées sont données à titre d’exemple. Sa présence dans le portefeuille ou sa performance ne sont pas garanties.

Travailler sur Lune rêve accessible

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV t3n – pionniers du numérique | Le magazine de l’entreprise numérique – .
NEXT La dernière théorie époustouflante de Stephen Hawking sur le multivers