Ménage de printemps… | Le Journal de Montréal – .

--

Aucune autre option. Les gens au pouvoir, ceux qui réclamaient une enquête sur la gestion quotidienne de Hockey Canada, ont suffisamment de preuves pour faire le ménage.

Les décideurs de l’organisation ont agi sans scrupule, dissimulé des faits scandaleux et, en plus, se sont approprié une partie de l’argent versé par les parents des jeunes patineurs qui participaient aux activités de toutes les ligues du Canada pour payer en cachette les événements de Londres en 2018 .

On parle de sommes proches de 10 millions de dollars de dédommagement pour obtenir le silence des victimes.

Ces décideurs –entre autres le président du conseil d’administration, Scott Smith, le président Tom Renney et le financier proposé Brian Cairo– ont multiplié les témoignages suscitant l’ire des intervenants.

Avec tout ce qu’on a appris au cours des dernières semaines, peut-on laisser cette organisation entre les mains de gens aussi incompétents, des gens qui ont terni la réputation du hockey au Canada?

Sans surprise, les commanditaires, les partenaires dans les opérations quotidiennes de l’organisation et le gouvernement canadien ont d’abord mis de côté toutes les contributions financières.

Un ego plus grand que le sport

Qui veut s’associer à une organisation dirigée par des gens avec un ego plus grand que le sport qu’ils doivent servir avec sagesse et professionnalisme, un sport qu’ils doivent avant tout laisser grandir avec le plus grand respect.

Y a-t-il des candidats pour entrer en fonction ?

Sûrement.

Certains se présenteront. D’autres seront anticipés.

Mais nous n’avons pas le droit à l’erreur. Il faut redorer l’image d’une organisation ternie par les scandales.

Un mandat lourd attend ceux qui veulent relever ce défi, mais un mandat qui peut servir d’exemple pour d’autres sports. Sport Canada ne doit pas échapper à cette purge.

Robidas : une option intéressante

--

Les dirigeants canadiens ont surpris tout le monde en confiant à Stéphane Robidas le poste occupé avec grande distinction par Luke Richardson. Un choix surprenant, mais qui montre que les décideurs de l’organisation font leur devoir. Ils s’informent, posent des questions, analysent toutes les situations, puis font le point et prennent la décision.

Robidas apportera au Canadien l’expérience d’une longue et fructueuse carrière. Il a travaillé dur pour atteindre des sommets inattendus. Beaucoup de ces joueurs qui ont dû braver l’adversité au quotidien pour conserver leur statut ont cette capacité à communiquer avec les jeunes joueurs. Ils savent partager leur expérience, comment aider un jeune à s’améliorer.

À un moment donné, j’ai pensé que Martin St-Louis, probablement sur les recommandations de Jeff Gorton et de Kent Hughes, dirigerait son enquête vers un entraîneur de carrière, un ancien entraîneur de la Ligue nationale. D’une part, il aurait occupé un poste important, celui d’entraîneur des défenses, et il aurait également bénéficié des conseils d’un entraîneur qui connaît bien son métier. Mais St-Louis a dit que Robidas a toutes les qualités pour aider le Canada à progresser, surtout avec plusieurs espoirs dans l’équipe défensive.

Un choix étonnant… et bien pensé !

Kadri : le plafond salarial décide

Joe Sakic aurait aimé garder Nazem Kadri dans le giron des champions de la Coupe Stanley, mais encore une fois, le plafond salarial ne permet pas à l’Avalanche du Colorado d’accommoder financièrement le joueur de centre.

Joe Sakic doit penser aux prochaines années. Il sait que l’an prochain, les négociations entre l’organisation et Pat Brisson, l’agent de Nathan MacKinnon, retiendront toute l’attention. Vous devrez débourser une somme colossale. Attention cependant, il y a encore des équipes qui essaient de monter un montage financier pour convaincre Kadri. Mais l’exercice prend du temps.

vieux lou

En ce moment, Lou Lamoriello, le grand patron du secteur hockey chez les Islanders de New York, négocie serré et le dossier avance. Nous serions surpris que l’acteur central n’accepte pas les offres des insulaires.

Les décideurs de l’organisation, devrions-nous écrire, le seul décideur de l’organisation, sont responsables.

Depuis la fin de la saison dernière, Lamoriello a été plutôt calme, à l’exception, bien sûr, de l’acquisition d’Alexander Romanov. Sinon, les deux principaux adversaires des Islanders dans la région métropolitaine de New York, les Devils du New Jersey et les Rangers, ont été très actifs.

Avec les résultats désastreux de l’an dernier, Lamoriello doit remettre les Islanders sur les rails rapidement. Le départ de Barry Trotz a été sévèrement critiqué. Qu’avez-vous fait pour améliorer votre équipe en attaque ?

Rien de rien.

- Nettoyage printemps .. Quotidien Montréal

Ménage printemps Journal Montréal

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV Alonso sera le coéquipier de Lance Stroll chez Aston Martin en 2023 – .
NEXT 1. FC Köln : Voici les adversaires de Cologne dans les barrages de la Conference League