Les dirigeants du SPD demandent un impôt sur les bénéfices excédentaires – .

Les dirigeants du SPD demandent un impôt sur les bénéfices excédentaires – .
Les dirigeants du SPD demandent un impôt sur les bénéfices excédentaires – .
--

La question de savoir si les entreprises qui profitent de la crise énergétique sans faute de leur part devraient payer des impôts supplémentaires divise le feu tricolore. Le SPD et les Verts le défendent, mais le FDP le rejette. On dit qu’une telle taxe ouvrirait les vannes à l’arbitraire de l’État.

Au sein de la coalition feux tricolores, la contestation d’une taxe sur les bénéfices excédentaires est toujours latente. Alors que le SPD et les Verts prônent son introduction, le FDP continue de bloquer la proposition. La présidente du SPD, Saskia Esken, est particulièrement favorable à la proposition. Le soulagement pour les consommateurs pourrait également être compensé par un impôt sur les bénéfices excédentaires pour les entreprises “qui profitent de la crise sans leur propre travail supplémentaire”, a-t-il déclaré à l’”Augsburger Allgemeine”. “De nombreux partenaires européens nous ont montré comment et ont introduit avec succès une taxe sur les bénéfices excédentaires.”

Le chancelier Olaf Scholz a annoncé lundi par l’intermédiaire de son porte-parole qu’une taxe sur les bénéfices excédentaires n’était “actuellement pas prévue” et a évoqué l’accord de coalition, mais il était “tout à fait normal” que différentes idées soient débattues dans l’arène politique et au sein de la coalition. . Esken réclame depuis longtemps une taxe sur les bénéfices excédentaires, et le ministre fédéral des Finances, Robert Habeck, des Verts, a également signalé son soutien à l’idée.

De nombreux grands services publics gagnent actuellement au-dessus de la moyenne “parce qu’ils peuvent vendre leur mix électrique au prix actuel le plus élevé du marché, même si leur mix de coûts ne justifie pas ces prix”, a expliqué Esken. Les clients ont justement posé « la question de l’équité s’ils sont censés éviter le risque collectif par des prix largement plus élevés, alors que dans le même temps les grandes entreprises énergétiques font des profits très élevés et les distribuent à leurs actionnaires ».

Le FDP veut enterrer le débat

Le FDP a réitéré son rejet du concept. “Il est temps d’enterrer une fois pour toutes le débat sur l’impôt sur les bénéfices excédentaires”, a déclaré le secrétaire général Bijan Djir-Sarai au “Rheinische Post”. Une taxe sur les bénéfices excédentaires “ouvrirait les vannes à une taxation arbitraire par l’État”, a déclaré Djir-Sarai, faisant écho à un argument avancé par le chef du FDP et ministre fédéral des Finances, Christian Lindner. “Ce serait la fin de l’économie sociale de marché.”

--

Le rejet est également venu du président de l’Institut Ifo de Munich, Clemens Fuest. “Je ne pense pas beaucoup à l’idée d’introduire des taxes sur les bénéfices excédentaires ou de crise maintenant”, a-t-il déclaré au “Rheinische Post”. “Quiconque réalisait d’énormes bénéfices pendant la crise paie déjà des impôts proportionnellement élevés aujourd’hui. Je ne pense pas que cela ait du sens d’introduire une taxe supplémentaire.”

Certaines entreprises réalisent actuellement des bénéfices élevés “parce qu’elles se sont approvisionnées à un moment où d’autres ne pensaient pas beaucoup et ont investi dans le développement de puits de pétrole et de gaz, par exemple”, a expliqué Fuest. “Le fait qu’ils l’aient fait nous aide aujourd’hui : sans ces investissements, les prix auraient été encore plus élevés.” D’autres entreprises auraient simplement de la chance. “Mais en fin de compte, il n’est pas possible de définir qui obtient des bénéfices” non gagnés “”, a déclaré l’économiste.

Étiquettes : FDP Débat enfin enterré les dirigeants du SPD demandent la taxe les bénéfices excessifs

Les dirigeants SPD demandent impôt sur les bénéfices excédentaires

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV Une camionnette prend feu à Lichtenberg – .
NEXT Füchse Berlin prolonge prématurément avec Siewert – .