Une drogue à risque sur dix à Osheaga – .

--

Environ une drogue sur 10 testée près du festival de musique Osheaga présentait un risque pour les usagers, selon un organisme offrant le service pour la première fois.

L’organisme GRIP, spécialisé dans la prévention des toxicomanies, a offert pour la première fois cette année un service mobile de dépistage de substances à proximité de l’entrée du site Osheaga. N’importe qui pouvait y tester ses médicaments et les stocker.

“Nous avons eu accès à plus d’une trentaine d’échantillons”, raconte Magali Boudon, directrice de l’organisme, et précise que la quasi-totalité d’entre eux avaient été achetés sous forme de cocaïne ou de MDMA.

Si la plupart de ces substances correspondaient à ce que les utilisateurs s’attendaient à consommer, certaines d’entre elles ont pu éviter de très mauvaises surprises.

“Nous avons eu un échantillon incroyable [censé être de la MDMA] qui ne contenaient que des sels de bain », explique Mme Boudon.

Selon Santé Canada, ce médicament favorise une consommation excessive et augmente le risque de psychose et d’hypertension.

Mme Boudon raconte également qu’un autre usager est arrivé avec de la MDMA trois fois plus concentrée que d’habitude et qu’une troisième personne avait l’intention de consommer une substance contenant de la colle.

“Sans nous, il y aurait probablement eu des épisodes de consommation d’alcool beaucoup plus désagréables et potentiellement dangereux”, affirme Mme Boudon.

--

mauvaises expériences

Le promoteur Evenko n’a signalé aucune surdose au site d’Osheaga cette année, bien que des interventions aient été nécessaires pour des « bad trip » de drogues hallucinogènes, principalement chez les personnes intoxiquées à l’alcool.

Alain Simoneau, directeur principal de la sécurité et de la protection des biens chez Groupe CH, indique qu’environ trois à cinq personnes par jour de festival devaient être transportées en ambulance.

“C’est souvent un mélange d’alcool et de substances”, explique-t-il. J’ai toujours le même solde année après année. »

Il estime ne voir dans l’apport du service d’analyse de substances «que du positif» et souhaiterait qu’il soit présent dans la même salle que le festival ÎLESONIQ, qui débute jeudi.

M. Simoneau souhaite également prolonger le service au sein du site Osheaga dès l’an prochain.

Une drogue risque sur dix Osheaga

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV Eddy Mitchell traîne le jour où Johnny Hallyday le lui a volé ! – .
NEXT Electronic Beaches revient pour trois jours de fête à Cannes – .