Au Festi’neuch, l’effondrement rock’n’roll de Fontaines DC – rts.ch – .

Au Festi’neuch, l’effondrement rock’n’roll de Fontaines DC – rts.ch – .
Au Festi’neuch, l’effondrement rock’n’roll de Fontaines DC – rts.ch – .
--

Vendredi soir au Festi’neuch, le rock abrasif du tant attendu Irlandais de Fontaines DC s’est éteint vingt minutes avant la fin du concert. Auparavant, Romandes Emilie Zoé et Baby Volcano, ainsi que la tête d’affiche française Clara Luciani, se distinguaient comme des guerrières de la pop-rock et de l’électro de caractère.

Avec ses compatriotes anglais Idles, Fontaines DC avait contribué à déclencher le rock outre-Manche il y a quatre ans. A Neuchâtel vendredi, lors de la deuxième nuit du Festi’neuch, les Irlandais anesthésiés l’ont mis en scène avant l’heure avec une fugue dans les règles de l’art circassien du rock’n’roll.

Après quarante minutes d’un concert où son répertoire tour à tour sec et évocateur puise ses racines dans le post-punk, le guitariste fracasse soudain son instrument sur la scène du Lacustre. Stupeur tant du public que du groupe qui a quitté prématurément la scène pour ne plus revenir. Sans aucune explication. Croisé un peu plus tard, le chanteur Grian Chatten ne lâche qu’un laconique : “I Will Tell You Tomorrow”. Mais demain rien ne changera dans ce gâchis pour lequel la direction de la formation n’aura plus de réponse.

Pourtant, tout avait assez bien commencé, avec quelques morceaux de bravoure entre le dark et les éclats mélodiques délivrés par un quintet qui enchaînait les titres diablement efficaces de leurs trois premiers albums. Au moment où il a lâché l’affaire, devant son nom inscrit aux initiales vertes, blanches et rouges, Fontaines DC avait révélé son talent dans une urgence rock’n’roll avec “Sha, Sha, Sha”, “I Don’ t Appartiennent.” , “Televised Mind” et le fatal et incandescent “Too Real” dans lequel il a sombré.

Plus tôt dans la soirée, trois autres guerrières et féministes courageuses se sont heureusement démarquées. Chacune dans leur style rock, pop ou électro imprégné de hip-hop et de musiques latines, les Neuchâteloises Emilie Zoé et Baby Volcano, ainsi que la Française Clara Luciani, ont fait preuve de caractère et de performances abouties.

>> A voir aussi : l’émission “Ramdam” et les interviews d’artistes réalisées pendant Festi’neuch :

En direct de Festi’neuch / Ramdam / 65 min. / hier à 21:04

Clara Luciani, princesse de la disco-pop

En una fórmula de tándem de rock compacto con su nuevo baterista Fred Bürki, Emilie Zoé completa una intensa aparición con “Roses on Fire” y la inédita “Castle” tras unas cuantas incursiones más acústicas, mid-tempo y melancólicas donde trabaja la androginia de sa voix. merveilles

Peu de temps après, sous le chapiteau bondé du festival, Clara Luciani a donné le coup d’envoi de son populaire show en tête d’affiche avec « Heart » puis « Love always ». Au son d’un cœur qui bat et sous son nom aux grandes initiales qui apparaissent d’abord en relief, l’élégante et élancée chanteuse française apparaît en blouse cache-cœur lamé argenté et pantalon noir aux côtés d’un batteur, bassiste et clavier sur des estrades. , un guitariste et trois chanteurs.

--

Le charme de sa pop mélodique récemment teintée de grandes étincelles disco opère désormais auprès de tous les publics et la récente lauréate de deux Victoires de la musique achève son acceptation avec le tube imparable et féministe qui l’a dévoilée, « La granada », suivi de l’irrésistible ode au swing qu’est « Respire encore », un tube de leur deuxième album cette fois.

Lorena Stadelmann, chanteuse et interprète de Baby Volcano au Festi’neuch, le 10 juin 2022. [Adèle Löffler – Festi’neuch 2022]

Baby Volcano Blood Electro

A l’autre bout de l’enceinte du festival, sur la scène de La Marée, Baby Volcano interprète pendant ce temps les sorciers entre chants habités, performance de danse contemporaine et rythmes tribaux électroniques mêlés à des sonorités hip-hop latino et trap. Sur des textes engagés livrés en espagnol et en français qui évoquent les parties de son corps, la chanteuse neuchâteloise Lorena Stadelmann d’origine guatémaltèque se laisse aller et expérimente la salopette.

Avant d’enlever son haut et de dévoiler de l’adhésif rouge sur ses seins et des traces de sang coulant de son cou à sa poitrine, faisant écho aux thèmes des chansons recueillies sur le mini-album “Syndrome prémenstruel” enregistré avec les producteurs d’électro résidents du Jura Josué Salomon et Luis Riondel encapuchonnés. Strip-teaseuse.

Olivier Horner

Étiquettes : Festineuch naufrage du rocknroll Fontaines rtsch

Festineuch leffondrement rocknroll Fontaines rtsch

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

PREV Pierre-Yves Duchesne, directeur d’une école de comédie musicale, accusé d’agressions sexuelles et de harcèlement – Libération – .
NEXT Azealia Banks seins nus et bribes en concert -.