une fontaine cachée sous le bitume de l’avenue des Pins – .

--

Les vestiges du premier jardin botanique de Montréal, qui abritait autrefois un béluga et des éléphants, ont été découverts lors de la rénovation de l’avenue des Pins de Montréal.

A travers les canalisations de l’aqueduc à remplacer et le réseau de transport de gaz de la ville, les archéologues croient avoir mis au jour une partie de l’imposante fontaine des Jardins Guilbault.

Il n’en subsisterait aujourd’hui qu’un pan de mur courbe d’environ 2 mètres de long, retrouvé près de la rue Clark.


Photo courtoisie, Ville de Montréal

Ils croient avoir retrouvé la célèbre fontaine des jardins Guilbault.

“C’est la seule structure qui occupait l’espace et qui correspondrait à cela”, explique l’archéologue Jean-Philippe Hénault du cabinet Ethnoscop, en se basant sur les plans d’assurance de l’époque.

Elle poursuivra ses analyses cet automne pour confirmer cette hypothèse.

plantes et animaux exotiques

La fontaine était au cœur des allées que les Montréalais parcouraient autrefois pour admirer les collections de plantes du botaniste Joseph Édouard Guilbault dans les années 1860.


Photo courtoisie, Ville de Montréal

Ce dernier possédait également une ménagerie d’animaux sauvages, une sorte de zoo, qui faisait courir la foule, selon l’encyclopédie Center of Montreal Memories.

Vous pourrez y admirer plus de 150 espèces d’animaux, dont des hippopotames, des éléphants et un béluga de 5 000 livres exposés dans un aquarium construit sur mesure.

« Aujourd’hui, son jardin est peu connu, mais à l’époque il était considéré comme très impressionnant. Certains l’appellent le premier jardin botanique de Montréal», glisse M. Hénault, responsable des fouilles dans cette section de l’avenue des Pins.


Photo courtoisie, Ville de Montréal

L’une des attractions de ce haut lieu du divertissement était le gigantesque Glaciarium, un bâtiment de 200 pieds sur 60 pieds (61 m sur 18 m) qui comprenait une patinoire intérieure et un espace pour apprendre les arts du cirque.

Malgré son succès, l’entreprise fait faillite en 1869. La fontaine est détruite et le terrain est loti pour être vendu.

vieilles latrines

--

Dans le cadre du projet de réaménagement de 22,3 millions de dollars sur l’avenue des Pins, plusieurs dépendances ont également été découvertes dans la cour arrière dans la section entre la rue Saint-Laurent et la rue Saint-Denis.


Photo courtoisie, Ville de Montréal

Un « tonneau » du 19ème siècle fabriqué à partir d’un tonneau en bois était encore en excellent état.

« Ce n’est pas particulièrement rare ! Ce qu’on trouve, c’est ce qui est lié au quotidien des gens », se souvient en riant l’archéologue Jonathan Choronzey.

Trois de ces structures ont été fabriquées à partir de barils de bois recyclés, enterrés dans les arrière-cours des résidents de la région.

Loin d’être inutiles, ces vestiges du passé peuvent nous renseigner sur l’alimentation de nos ancêtres, souligne-t-il.

Une analyse en laboratoire d’échantillons prélevés dans les fosses des latrines a montré que leurs utilisateurs avaient une alimentation équilibrée et locale, comme en témoigne la présence de plusieurs petits pépins de fruits.

D’autres petits artefacts tels que des encriers et des fragments de vaisselle provenant d’immeubles résidentiels expropriés pour permettre la construction de l’avenue des Pins à la fin du 19moi siècle ont également été mis à jour.


Photo courtoisie, Ville de Montréal

Après avoir été nettoyées, inventoriées et cataloguées si nécessaire, elles prendront le chemin de la réserve archéologique de la ville de Montréal, où les chercheurs pourront y accéder.

Un lien entre les époques

Par ailleurs, Jonathan Choronzey se réjouit de l’intérêt que suscitent ces fouilles archéologiques en milieu urbain, citant les nombreuses interrogations des passants lors de son travail.

« Je pense que cela crée un lien avec le passé et un sentiment d’appartenance avec ceux qui vivaient dans leur quartier il y a un siècle et de la poussière. Ça nous rapproche de notre passé », philosophe-t-il.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Avez-vous un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

- Montréal a source caché sous asphalte Avenue des Pins

une fontaine cachée sous bitume lavenue des Pins

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

--

NEXT À Vancouver, le Recovery Café guérit les dépendances grâce à une communauté solidaire – .